Lot 49.*
20 000 - 30 000 €

Tableaux anciens

Jan Miense MOLENAER (Haarlem 1609-1668)
La bataille du Carnaval contre le carême
Panneau de chêne parqueté
65 x 87 cm
Signé, daté et titré en haut à droite sur le drapeau JMolenaer . 1640 / WY . HEBBEN . DE . BRVI . VANT
Restaurations anciennes
Pieter Brughel a traité le thème de la bataille entre Carnaval et Carême dans un tableau conservé au Kunsthistorisches Museum à Vienne, sujet qui a été traité par ses fils et ses élèves (Vinckboons) ou le cercle de Jérôme Bosch (Rijksmuseum). Il est plus rare en Hollande, mais Jan Miense Molenaer l'avait déjà exploré vers 1633-1634 avec un tableau ovale sur le même sujet, conservé à l'Indianapolis Museum of Art (inv.1998.96), mais de façon différente, dans une cohue entre les deux clans, alors que sur notre panneau les deux sont rangés en ordre de bataille, prêts à s'affronter. Cette bagarre sauvage assemble une bande de paysans à droite, armés de matériel de cuisine, contre un groupe de moines et de prêtres équipés de la même manière sur la gauche. Les paysans brandissent des brochettes de poulets et une saucisse contre un moine qui balance un paquet de morue séchée. Ces combattants tapageurs personnifient le carnaval et le carême. 

Des batailles simulées entre eux, symbolisant la lutte entre l'excès et l'abstinence, faisaient souvent partie des célébrations populaires du carnaval qui précédaient le début du carême, traditionnellement une période de pénitence et de jeûne dans le calendrier liturgique chrétien.

Ces combats symboliques ont lieu lors du Mardi Gras. Carnaval (de l'italien "Carne" la viande, et "Vale" l'adieu) ou le groupe de personnes le représentant sont munis des objets permettant de faire bonne chère comme les couteaux de boucher, les gigots, les chapelets de saucisses portés comme des baudriers de munitions, le gaufrier (qui sont un repas de carnaval). Le Carême, représenté par un groupe de religieux est associé à des objets tels que les poissons (référence aux quarante jours maigres qui suivent le mardi gras), le grill ou encore les chapelets. 

Ce tableau possède une charge anti-catholique, dans la mesure où l'on ne respecte pas le Carême dans la religion protestante, et qu'il n'y a pas de moine en Hollande. Sur le drapeau de gauche, la courte inscription "DAER.SAL.V.DE.DVIVEL.VCOR.HALEN" (halen : "chercher", duivel : "diable"), peut évoquer une maxime moralisatrice allant dans ce sens. On peut le traduire comme "Là, vous ramènerez/remonterez au Diable". Sur le drapeau de de droite, on trouve l'inscription "WY.HEBBEN.DE.BRUI.VANT"

Nous remercions le professeur Dennis Weller d'avoir confirmé l'attribution de cette oeuvre par mail, sur photographie numérique, le 14 janvier 2019.
Lot visible au cabinet Turquin (69 rue Saint Anne 75002 Paris - 01 47 03 48 78 - stephane.pinta@turquin.fr) jusqu'au 26 Mars.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue